Créés le 1er août 2011, suite au traité signé entre la France et le Sénégal, les éléments français au Sénégal (EFS) constituent, à Dakar, un « pôle opérationnel de coopération » (POC) à vocation régionale. Les EFS disposent par ailleurs de la capacité d’accueillir, de soutenir voire de commander une force interarmées projetée. S’inscrivant ainsi dans une posture de prévention, les EFS demeurent un point d’appui matérialisé par l’existence d’un noyau clé de poste de commandement interarmées (PCIA) et d’escales navale et aéronautique.

Dispositif


Le commandement des éléments français au Sénégal (COMELEF) et de la base de défense (COMBdD) des EFS est exercé par un officier général qui relève directement du chef d’état-major des armées. Il veille, en coordination avec la mission diplomatique française au Sénégal, à l’application des accords de partenariat et mène les actions de coopération opérationnelle, par le biais d’instructions et d’entraînements dans sa zone de responsabilité permanente (15 pays de la CEDEAO et Mauritanie).


Les EFS sont implantés au quartier « colonel Frédéric Geille » à Ouakam et au quartier « contre-amiral Protet » (port militaire de Dakar). Ils disposent également :

  • d’une escale aérienne à l’aéroport militaire de Dakar-Senghor ;
  • d’une station d’émission haute fréquence de la direction interarmées des réseaux d’infrastructure et des systèmes d’information (DIRISI) à Rufisque.

 

Avec 350 militaires déployés, les EFS s’articulent autour :

  • d’un noyau clé de poste de commandement interarmées ;
  • de l’unité de commandement et de coopération opérationnelle (U2CO), organisme interarmées subordonné au commandant des éléments français au Sénégal, qui regroupe une cellule de commandement et un groupement de coopération opérationnelle (GCO) composé :

- de l’unité de coopération régionale (UCR) constituée de sept cellules interarmées référentes dans les différents domaines de coopération ;
- d’une escale aérienne ;
- d’une station navale ;
- d’un détachement de l’aéronautique navale (Atlantique 2 ou Falcon 50 et sa cellule ravitaillement), stationné à l’escale aérienne ;
- d’un groupement régional d’intervention NEDEX (Neutralisation Enlèvement et Destruction d’Explosifs), GRIN ;
- d’un détachement interarmées des pompiers (DIAP) ;

  • du groupement de soutien de la base des EFS relevant de la DICOM (DICOM/GS BEFS) ainsi que des formations diverses du soutien spécialisé ;
  • du détachement de maintenance des matériels terrestres (DMMT) qui gère le parc de service permanent assurant une capacité d’évacuation des ressortissants (RESEVAC).

Missions


En tant que force de présence française en Afrique, les EFS ont pour principales missions :

  • d’assurer la défense des intérêts français et la protection de nos ressortissants ;
  • d’appuyer nos déploiements opérationnels dans la région ;
  • de contribuer à la coopération opérationnelle régionale.

Ainsi, les éléments français au Sénégal :

  • assurent une veille opérationnelle dans leur zone de responsabilité permanente (ZRP) ;
  • mettent en œuvre les accords de coopération militaire bilatérale, dans le cadre du traité de partenariat de défense signé avec le Sénégal en 2013 : à ce titre, les EFS sont en mesure d’appuyer les opérations de Search and Rescue (SAR) mais également de contribuer aux missions de sécurité civile en soutien des autorités gouvernementales sénégalaises ;
  • appuient les Etats africains de leur ZRP dans le renforcement de leur sécurité collective. A ce titre, les EFS :

- mènent des actions de coopération opérationnelles et civilo-militaires ciblées ;
- accompagnent le renforcement des capacités africaines en appuyant la formation de leurs contingents et en soutenant leur engagement dans les missions de maintien de la paix ;

  • participent à la préparation opérationnelle des unités françaises et étrangères pour l’aguerrissement et le combat en zone semi-désertique.

 

Les EFS sont également en mesure de :

  • soutenir, dans la durée, les unités déployées ou projetées dans la région dans le cadre d’une opération ou d’un exercice ;
  • mettre à profit leurs capacités de soutien aéronaval pour accueillir les bâtiments et aéronefs déployés dans la région ou en escale.